Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Histoire Officielle du XVIIIème siècle

Le 18ème siècle est marqué par la suprématie de trois grandes puissances européennes qui se disputent le partage des terres du Monde.

Cette période apparaît comme le siècle des philosophes, des "despotes éclairés", de la colonisation des espaces et de la démocratisation des peuples.
Mais c\'est également une longue période de conflits ouverts, de complots de salons, de guerres latentes ou déclarées, et des traités vite trahis.
L\'Angleterre, la France, et l\'Espagne, justement, à force de traités d\'alliance, de paix, de guerre, de réconciliation, ou encore d\'amitiés s\'efforcent de trouver leur place ou de retrouver leur pouvoir par l\'intermédiaire de leur flotte navale.
Au XVIII ème siècle, plus que jamais, la guerre est un art, les généraux sont des artistes et ils sont critiqués et/ou idolâtrés.

En 1718, les Espagnols débarquent près de Palerme, sans déclaration de guerre, en justiciers.. Les Anglais surprennent la flotte Espagnole, la brûle et la coule.
Bon gré, mal gré, la France déclare la guerre à l\'Espagne en 1719 et force ces derniers à se soumettre au traité de Madrid en 1720 (traité d\'alliance où le roi d\'Espagne Philippe V renonce à toute prétention de la couronne de France).
Cependant, les enjeux pour la domination du monde ne se jouent pas en Europe, mais bel et bien au large des Amériques.

En ce début de siècle, toute l\'attention est portée sur les îles Caraïbes, son commerce et son contrôle.
Point fatidique sur les cartes marines, les Caraïbes sont le point de mire de nombreuses victoires pour certains, défaites pour d\'autres, sous l\'oeil attentif des flibustiers.
Les Caraïbes, haut lieu stratégique permettant d\'intercepter les galions espagnols qui quittent les côtes du Venezuela et du Mexique, chargés d\'or et d\'argent.
Les Caraïbes et son réseau d\'îles constituent un formidable refuge pour les flottilles des flibustiers. Les criques, le découpage naturel de certaines îles (comme celle de la tortue par exemple avec ses innombrables rochers) permettent aux flibustiers de pouvoir disparaître rapidement.

Très tôt, les îles sont partagées, divisées par les trois grandes puissances européennes:
Les Français prennent possession de Cuba et Saint-Domingue.
Les Anglais opteront pour la Jamaïque.
Les Espagnols, eux solidement implantés sur le continent, tenteront à maintes reprises de contrôler les îles proches. Ils y parviendront souvent, mais jamais durablement.
En effet, les flibustiers ne leur laissent aucun répit tant sur mer que sur terre. Les grands capitaines étaient capables de regrouper plusieurs centaines de bâtiments, avec les hommes qui les composaient, soir près d\'un millier. Leurs troupes pouvaient alors enlever, de par leur audace et leur courage au combat, des places fortes très bien défendues.

Le résultat de ces pillages, ou de leurs courses favorisait grandement le commerce des Caraïbes, jusqu\'à celui de l\'atlantique même..
Lorsque la flibusterie était encore de mise, les lettres de marques appartenaient à 3 corps bien distincts :
- Au roi ou son représentant.
- A l\'armateur du bateau (et pour son entretien).
- A l\'équipage.
Lorsqu\'il y avait des courses, sans lettre de marque, les flibustiers, devenant par la même pirates puisque non reconnus divisaient leur butin en deux :
- une moitié pour le bateau.
- une moitié pour l\'équipage.

Ces anciens flibustiers, devenus pirates, ne respecteront plus aucune des règles de conduite qui furent l\'honneur de la flibuste.

Par Mab

Rédigé par Peuuuur Noel
article mis en ligne le 11 juin 2005 à 15:54,
dernière mise à jour : 11 juin 2005 à 15:54.
Source :
Haut de page